Du foutre plein les lunettes

Mar 17, 17 Du foutre plein les lunettes

Vous vous souvenez du dernier coup de cœur d’Aaapoum Bapoum ? Non ? C’est pas grave, on passe déjà au suivant.

La librairie Aaapoum Bapoum est un repère historique d’amateurs de viscères, de sensualité et du couple que peut former les deux. Les anciens se souviendront avec délectation des conseils éclairés susurrés dans nos coins sombres aux heures troubles de la fermeture prodigués par Patrick Batman, l’expert encore incontesté de la boutique. L’époque était à la découverte émerveillée de Maruo (entre deux haut-le-cœur) et à la délectation des premiers pas dans l’Ero-guro du lecteur lambda grâce au Lézard noir.

Notre rayon lézard noir fait dorénavant notre fierté mais le tsunami se retire, nous laissant pantelant, moites et toujours en demande.  Comment payer notre hommage aux temps glorieux du défrichage décadent ? Comment retrouver ce plaisir de ne pas seulement conseiller un -dorénavant- mastodonte du genre? Comment retrouver ce petit frisson de l’underground beau, sale, délicat, dégradant ?

yakuzaYakuza Shunga, immense artbook sérigraphié paru aux éditions The Hoochie Coochie nous permit un temps de revivre ce magnifique moment de grâce. Au tirage ultra limité (120ex), aux couleurs chatoyantes et à l’imagerie jouissivement crue, l’album de 16 gigantesques pages nous rappela pour un temps notre amour de l’extrême visuel. Nous tachons de toujours conserver un exemplaire à votre disposition, bien que sa taille et son sujet nous poussent à le percher au plus haut de notre rayon érotique, mais les stocks s’amenuisent et nous savons fort bien qu’un jour, sa disparition sera définitive.

Fort heureusement pour les personnes à l’ordonnée faible qui ne pourraient l’atteindre en rayon, l’atelier  l’insolante nous propose de nous en mettre plein les yeux, au chaud, bien calé dans notre fauteuil de bureau tournicotant. Si cet aperçu vous met candidement en joie, n’hésitez pas à nous le réclamer.

Passé cet album étonnant et précieux par la rareté de sa démarche d’hommage transgressif qui mérite toutes nos éloges, il ne nous reste guère plus qu’à revenir sur ces cotes déjà explorées, dans ces forêts maintenant bien défrichées du Furuya et du Kago.

WP_20170317_20_57_28_Pro copie

Étymologie graphique du titre de l’article.

Jusqu’à ce qu’apparaisse ce petit album erostreet-gore étonnant, Akasake, auto-edité à 200 exemplaires, imprimé en risographie et sujet principal de l’article (à l’origine). La riso est un procédé d’apposition des couleurs très similaire à la sérigraphie qui, beaucoup plus accessible, réussit très bien à l’artbook au papier épais et granuleux.

WP_20170317_20_59_58_Pro copie

*pinch*

L’auteur, Alexis Bacci-leveille, y mélange hallucinations japonaises dénudées, lascivité indée aux courbes souples et au trait contemporain, coïts folkloriques furieux, morbidité stylisée dans une volonté de transmission autant que de modernisation. Akasake est une petite pépite ultra léchée, parangon d’un indépendant vivant et réussi, qui réutilise, actualise, respecte, se joue de codes et de lignes de conduites qu’on aimerait voir un peu plus passer dans nos rayons.

L’ouvrage ne se trouve pour l’instant que dans quelques petites librairies indépendantes de bon gout (notamment chez nous notre révéré camarade underground du 6e arrondissement un Regard moderne ou à l’agréable librairie du co-éditeur la dimension fantastique). Il se fait donc assez rare en échoppe, se vent 20€ et nous en avons quelques-uns, gracieusement signés par l’auteur.

fotor_WP_20170320_18_02_48_Pro

Nous disposons de quelques exemplaires.

Bonus! Existe en édition ultra-limitée de 50 exemplaires une affiche risographiée, numérotée et signée, tirage unique issu de l’album. Elle est en vente rue Serpente au prix de 15€. L’éditeur n’ayant pas prévu de réimpression, il faut réellement sauter sur l’occasion d’autant que nous sommes la seule institution à la vendre en dehors de la librairie de l’éditeur.

Se limiter à seulement quelques illustrations (parmi les plus soft) pour cet article étant une réelle torture, je vous propose d’aller jeter un œil à toutes les belles previews censurée (mais pas trop) disponibles sur la page facebook de l’album.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook