Conan et la fantasy dans la Bande dessinée

Nov 19, 18 Conan et la fantasy dans la Bande dessinée

Figure emblématique du genre littéraire de l’Heroic Fantasy, Conan le Cimmérien, né dans les années 1930, n’a pas été enterré avec le XXe siècle et il continue de s’imposer parmi les mythes du monde moderne. La bande dessinée et le cinéma l’ont fait connaître bien au-delà du cercle des amateurs de récits fantastiques. Chacun a pu se forger une image du barbare, parfois caricaturé et moqué, parfois idéalisé. Libre, individualiste, insouciant, féroce, les aspects du personnages sont aussis variés que ses différents emplois : voleur, aventurier, militaire, homme de main… Différents courants idéologiques et philosophiques pourraient s’approprier le personnage pour des raisons diamétralement opposées.

Avec Patrice Louinet qui a dirigé la republication et la nouvelle traduction de Howard aux éditions Bragelonne, entamée il y a une dizaine d’années, cette soirée permettra à chacun de se faire une idée plus juste de ce que fut Conan pour son créateur et à l’époque de son surgissement. L’historien William Blanc, très féru de bandes dessinées (auteur récemment de Super-héros, une histoire politique, chez Libertalia) reviendra sur le personnage tel que le 9e art l’a modelé, sans oublier les illustrateurs incomparables qui ont donné corps à son univers, au premier plan desquels Margaret Brundage et Frank Frazetta. Patrice Louinet co-dirigeant la toute nouvelle collection Conan chez Glénat, qui a pour but d’adapter les nouvelles initiales de Robert Erwin Howard, ne manquera pas de rebondir et d’apporter son éclairage sur l’intérêt des adaptations passées et présentes, à l’heure où Marvel annonce également une nouvelle série autour du héros, avec Jason Aaron et Esad Ribic aux commandes…

Que vous soyez barbare ou chien parfumé, homme ou femme, n’hésitez pas à venir débattre à Aaapoum Bapoum le vendredi 7 décembre à 18h autour du Cimmérien, de la fantasy et de la bande dessinée.
Il y aura à boire et à grignoter et, promis, personne ne sera décapité. Naturellement il sera aussi possible d’acheter des livres, car c’est le rôle des librairies que de répondre à ce besoin compulsif de garnir des étagères.

Les illustrations de la bannière sont des détails d’illustrations de (de gauche à droite et de bas en haut ) Frank Frazetta, Earl Norem, José Ladrönn et encore Frank Frazetta…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Visit Us On TwitterVisit Us On Facebook